Un geste pour la planète : l'impression de cette information est-elle vraiment nécessaire ?

#JeSuisPlouk

Crée le 29/11/2017

Couverture Plouk

Nous sommes la multitude citadine. Nous sommes le flot croissant des urbains canalisés. Et par ennui, lassitude ou par flemme, nous avons cessé d'habiter le paysage pour en devenir les usagers.

Pourtant, aussi vrai que nous descendons du singe, nous dégringolons du paysan. Pas un ni une, autour de nous, qui n'ait un ancêtre brassier, fermier, métayer ou propriétaire. pas un ni une qui ne puisse revendiquer une attache rurale. Ma spas un ni une, non plus, qui n'ait un jour voulu, par sottise ou par conformisme, dissimuler ses racines paysannes. cette petite gêne, même passagère, fait de nous des ploucs au sens propre du terme, c'est à dire des êtres "à l'allure maladroite et gauche de paysans endimanchés (Larousse)". Nous autres, urbains, méritons mieux ce qualificatif que les paysans véritables, à qui le souci permanent de bien nourrir les autres et de protéger les sols, confère une forme flagrante de noblesse.

C'est la raison pour laquelle la gazette saisonnière du J'Go, qui entre en 2018 dans sa 14ème année de parution, porte désormais le nom de Plouk, avec un k pour faire joli, et avec la ferme intention d'exalter la gourmandise, la restauration durable et l'agriculture réparatrice.

Disponible dans vos restaurants et boutiques (Toulouse et Paris)