Le blog du J'GO
Veuillez patienter...
Le blog du J'GO

ARRIÈRE-CUISINE, infos pratiques, BRÈVES DE COMPTOIR et humeurs gasconnes en direct des restaurants J'Go de Toulouse et Paris

Les cuisiniers du J’Go

Article publié il y a 2 mois
cuisine cuisine du matin
On ne trouve derrière les marmites du J’Go que des cuisiniers professionnels ou de jeunes gens en passe de le devenir. Ils s’attachent à restituer fidèlement les saveurs des plats faits maison. Chaque recette est élaborée avec un souci constant d’authenticité, de simplicité et de saisonnalité. Pour les natifs du Sud-Ouest, la cuisine du J’Go est un véritable retour en enfance en même temps qu’un retour aux sources. Pour les autres, elle est une occasion rêvée de découvrir les saveurs qui font la renommée de nos terroirs (80% Midi Pyrénées et 20% Aquitaine)


A boucher que veux tu !

Article publié il y a 2 mois
boucher

Les plus jeunes d’entre vous auront peut être du mal à le croire, mais on trouvait jadis des bouchers à tous les coins de rue. Pensez qu’en 1947, on en comptait trois (Cucurroux, Escaffre et Picou) parmi les quinze joueurs du stade toulousain champion de France de l’époque. On n’a jamais fait mieux depuis même si l’on a connu de terribles bouchers à Bègles, Pau, Grenoble ou Toulon, qui pratiquaient le désossage en amateur, le dimanche, sur le terrain et exclusivement sur leurs adversaires.

 

Soixante-quatre ans plus tard, les louchébems ont disparu de la mêlée toulousaine et ne demeurent qu’une poignée plantés dans les loges des marchés. Par bonheur, au J’Go, les bouchers officient encore et constituent même la substantifique moelle de nos restaurants. Traitant les carcasses entières livrées deux fois par semaine, ébauchant au gré des humeurs et à la pointe du couteau les menus, grignotages et plats du jour de Victor Hugo, Drouot ou Saint Germain, ils débitent en sous-sol les agneaux, poulets et Noirs de Bigorre qui rôtissent, cuisent et mijotent à l’étage…





Préparer son magret, par le chef Régis Daudignan

Article publié il y a 2 mois
Chef Régis
"Après avoir ôté la moitié de la peau des magrets en la pelant, disposer côté peau dans une cocotte préalablement chauffée à sec. Saler et poivrer, ajouter une dizaine de gousses d’ail avec la peau (en chemise). Bien dorer la peau du magret qui va libérer du gras, retourner et couvrir.
Cuire une quinzaine de minutes en retournant plusieurs fois. Sortir du feu, enlever la graisse et déglacer avec un filet de vinaigre de vin vieux, recouvrir et laisser reposer quelques minutes pour que la chair se détende et qu’un petit jus se forme.
Servez entier ou découpé en aiguillettes avec les gousses d’ail et le jus de cuisson.
Essayez et bon appétit !"




La cuisine du J’Go s’affiche !

Article publié il y a 2 mois
boeuf charolais vitrine resto
Parmi les nouveautés du J’Go Toulouse, la cuisine lève le voile sur une alléchante vitrine. On y reluque, à travers le verre trempé, les pièces de bœuf du Gers, d’agneau fermier du Quercy, de canard gras du Gers et de Porc Noir de Bigorre, en transit entre la boucherie du sous-sol et les cuisines du rez-de-chaussée… Ne manquez pas ce spectacle … !

Remèdes sains

Article publié il y a 3 mois
la loge Tarbais carottes bocal rillettes
Plutôt que de chercher ses médicaments dans la pharmacopée (rien à voir avec le président de l’UMP) traditionnelle, achetez vos remèdes contre les maux hivernaux sur les étals des jardins du J’Go. Entre le potimarron, source de pro-vitamine A et de vitamine C, le foie gras et ses 70% de bonnes graisses insaturées et le radis noir bourré de fibres, de potassium et de vertus dépuratives, tout invite à délaisser les tiroirs du pharmacien pour les terroirs de nos Jardins

Une philosophie immuable

Article publié il y a 3 mois
Le J’Go reste le J’Go. Un restaurant ouvert de 18H à 1H du matin, où l’on boit, mange, grignote ou dévore de la fin de l’après-midi jusqu’au milieu de la nuit. Un restaurant de cuisine essentiellement gasconne, fondé sur la tradition des mères de familles rurales du Sud-Ouest et sur l’approvisionnement direct auprès des paysans. Un restaurant qui valorise depuis 1995 les produits emblématiques de la Région Midi-Pyrénées. Un restaurant qui favorise ouvertement les produits paysans locaux, la bière artisanale, les vignerons indépendants. Un restaurant où l’on emploie bouchers, légumiers et cuisiniers, où l’on achète les carcasses entières et les légumes frais. Un restaurant, enfin, dont les pratiques relatives au fait maison dépassent largement les exigences de la loi actuelle.



Une nouvelle formule Pategrain

Article publié il y a 3 mois
pategrain toulouse
Le restaurant Pategrain, imaginé en 2009 par le créateur du J’Go Denis Méliet dans le but d’expérimenter une démarche inédite de restaurant d’éleveur fondée sur le commerce équitable de proximité, a fermé ses portes cet été pour mieux se fondre dans l’univers J’Go. La démarche arrivée à maturation, il est désormais possible de profiter, pour 16€ seulement, d’une formule déjeuner Pategrain 100% maison et 100% lien paysan, avec poulet de 120 jours minimum et viande de charolaise rassise 5 semaines minimum.

Goûtons voir si l'ovin est bon

Article publié il y a 4 mois
Mouton de Barèges

L’automne est la saison du Doublon de l’A.O.C Barèges-Gavarnie, ce formidable mouton castré nourri à 99% d’herbe, qui connaît deux estives avant d’arriver à maturité, et produit une incomparable viande rougeoyante. Le J’Go Paris lui réserve une place de choix au menu et à la carte.

Sachez en profiter !

 





Sexas, J'Go et chocolat

Article publié il y a 4 mois
J'Go chocolat

Au moment même où l’Université new-yorkaise de Columbia publie les résultats réjouissants d’une étude montrant une corrélation entre la santé du cerveau des sexagénaires et la consommation de chocolat noir, le J’Go met à la carte à Toulouse et Paris son légendaire moelleux au chocolat. Si l’étude vous intéresse, lisez ce papier paru lundi dernier dans le parisien : http://lc.cx/nCG. Si c’est le chocolat qui vous botte: c’est par-là : www.lejgo.fr

Du bœuf, du bon

Article publié il y a 4 mois
la côte de boeuf
Le J’Go est connu davantage pour accrocher des têtes de toros à ses murs que pour glisser de la viande bovine sous ses frites à la graisse de canard. Par bonheur pour les viandards, la viande de charolaises élevée dans le Gers issue du même département est inscriteà la carte du J’Go Paris Drouot et du J’GO Toulouse Victor Hugo. Le tout dans la grande tradition de nos restaurants : bêtes entières découpées sur place (pour retrouver le plaisir des plats mijotés comme des morceaux nobles grillés), partenariat avec les paysans et viande de grande qualité.


« Précédent 1 2 3 418 Suivant »